L’Uruguay : un petit pays à portée de main

Monument Los Dedos.jpg
La mano, Los dedos u Hombre emergiendo a la vida

 

Après les tourmentes d’une dictature militaire qui a sévi jusqu’en 1985, l’Uruguay est devenu, depuis le retour de la démocratie, un pays paisible où il fait bon vivre.
D’ailleurs les touristes, en quête de sérénité, ne s’y trompent pas. Chaque année, ils sont nombreux à s’y rendre pour profiter des richesses naturelles et culturelles de ce beau pays d’Amérique Latine.
Un petit tour d’horizon des merveilles de l’Uruguay, pour ne pas oublier que ce petit pays est plus que jamais à portée de main.

 

L’Uruguay, de l’ombre à la lumière

 

Comme beaucoup de pays d’Amérique Latine, l’histoire récente de l’Uruguay, pays situé au sud du Brésil et à l’Est de l’Argentine, a connu les affres d’une dictature militaire, qu’a très bien décrite d’ailleurs Alain Labrousse dans son ouvrage Les Tupamaros. Des armes aux urnes, paru en 2009 aux Editions du Rocher.

  • Des Tupamaros au MPP

En effet, de 1973 à 1985, l’armée était au pouvoir et s’acharnait à réprimer les dirigeants et sympathisants du Mouvement de Libération Nationale – Tupamaros (MLN-T), groupe de guérilleros d’extrême gauche, qui réclamaient par les armes la justice et la transformation sociale du pays.

Après ces années sombres qui provoquèrent l’exil d’une partie de la population uruguayenne, notamment en Europe, le pays retrouva un climat de démocratie en 1985. Reconnaissant leur défaite, les Tupamaros décidèrent d’abandonner la lutte armée pour se constituer en parti, le Mouvement de Participation Populaire (MPP).

 

  • Du MPP à la présidence de José Mujica

L’ascension politique de ce parti dont figurèrent rapidement beaucoup d’anciens Tupamaros, reconvertis à une vision idéologique et purement pacifiste du pouvoir, va faire élire Tabaré Vázquez en 2005, puis José « Pepe » Mujica, figure incontournable de la saga Tupamaros et bien connu dans le monde comme le président le plus pauvre, « poorest president » de l’histoire contemporaine.

En effet, José « Pepe » Mujica, 40ème président de l’Uruguay à 74 ans, de 2010 à 2015, vieil homme charismatique, détenu pendant plus de 13 ans dans des conditions insoutenables, est resté d’une simplicité et d’une humilité qui inspirèrent au monde entier le respect. D’autant plus qu’il est à l’origine de l’adoption durant son mandat de textes majeurs, comme le mariage homosexuel,  l’autorisation de l’avortement ou la légalisation de la production et de la vente de cannabis sous autorité de l’Etat.

Grâce à des personnalités atypiques comme celle-ci, qui a cédé sa place à l’ancien président Tabaré Vázquez depuis 2015, l’Uruguay a vécu une renaissance au delà de ses espérances et son modèle séduit aujourd’hui de plus en plus les pays étrangers.

Voyager en Uruguay : une quête de simplicité

 

Tous les voyageurs le disent : à peine a-t-on mis les pieds en Uruguay, on se sent comme chez soi.

A l’instar du célèbre président José Mujica qui malgré ses vies multiples et les avancées sociales sans précédent qu’il a instaurées dans le pays, a su faire preuve d’humilité et de sagesse, lorsqu’on arrive en Uruguay, on n’a qu’une seule envie : y vivre simplement au rythme du maté, cette infusion traditionnelle issue de la culture amérindienne que les uruguayens ont l’habitude de boire entre amis, comme on peut le voir partout dans le pays.

Le maté, la plage, les promenades sans fin sur la Rambla de Montevideo, où l’on peut voir le quotidien de la population locale, sont des moments uniques à vivre si l’on veut vraiment apprécier de l’intérieur le charme de ce pays.

Rambla Montevideo
Rambla de Montevideo, Uruguay

En Uruguay, il faut avoir le temps. De s’arrêter, de contempler la mer, de faire des pique-niques sur la plage, de regarder des matchs de foot locaux le dimanche au fameux stade de la capitale, « el Estadio Centenario de Montevideo« , une véritable institution pour les uruguayens. Et qui sait, peut-être qu’on aura la chance d’y voir la célèbre Céleste y jouant à domicile…

Vivre simplement, sous un beau soleil et un ciel bleu, devrait être la devise de l’Uruguay, telle les couleurs de son drapeau qui sont finalement à l’image d’un pays qui aspire au naturel.

Drapeau Uruguay
Drapeau de l’Uruguay

Pour votre séjour, rien de mieux qu’une recherche sur Airbnb Uruguay pour vous rendre compte des possibilités incroyables et peu onéreuses qui s’offrent à vous pour vivre dans ce pays comme s’il était le vôtre.

 

L’Uruguay en fête

 

  • Le Carnaval le plus long du monde

Celui qui voyage en Uruguay en février et jusqu’à mi-mars est le plus chanceux des touristes, car il pourra profiter des festivités d’un carnaval unique partout dans le pays.

Etonnant par sa diversité, le Carnaval d’Uruguay offre non seulement la possibilité d’admirer les traditionnels défilés des Llamadas de Montevideo mais aussi d’assister à toute une série de spectacles de rue, plus étonnants les uns que les autres.

Le candombe au rythme endiablé bat son plein, sans oublier les murgas, qui sont des groupes satiriques et parodiques carnavalesques, de type musico-théâtral, qui ne se gênent pas pour critiquer la société et le pouvoir, à l’instar des humoristes et qui se produisent sur un tablado en pleine rue.

Cette tradition de las murgas tient une place prépondérante dans ce pays qui prône la liberté d’expression depuis toujours et plus encore, après les tragédies de son passé.

Las murgas font même l’objet d’un concours officiel tous les ans au Teatro del Verano, théâtre de l’été, de Montevideo.

 

  • La tradition du tango

Le tango non plus, n’échappe pas à la tradition. Il ne faut pas oublier que l’Uruguay est l’autre pays du tango et que la danse pour les uruguayens, à travers le candombe ou las murgas, a toujours été plus vivace en Uruguay qu’à Buenos Aires.

On peut le danser dans les nombreuses milongas de Montevideo, comme Joventango, Avalancha Tanguera, et Lo de Margot, pour les plus connues. Pour ceux qui veulent s’initier, des cours y sont proposés et finissent toujours par une délicieuse soirée où se mêlent des danseurs de tous âges.

Et pour ceux qui ne dansent pas, El Milongon vous offre la possibilité d’assister en simple spectateur à un show de tango produit par des professionnels.

 

La beauté sauvage et historique de l’Uruguay

 

Pour les amoureux de la nature qui veulent s’éloigner de la vie urbaine palpitante de Montevideo, des plages trop touristiques ou des complexes luxueux, comme Punta des Este ou José Ignacio, il existe encore de nombreux endroits dans le pays, empreints de beauté naturelle et sauvage.

 

  • La nature à l’état brut

 

A Cabo Polonio, la station balnéaire de Rocha, par exemple, est un exemple concret de zone protégée, sans électricité, où la nature à l’état brut garde ses droits et perpétue la tradition du village de pêcheurs, loin de l’effervescence de la civilisation urbaine.

Rocha, Uruguay
Rocha, Uruguay

Autre destination intéressante pour les adeptes d’écotourisme, la Quebrada de los cuervos, petit paradis écologique qui offre plus de 4400 hectares de zones protégées, où l’on peut découvrir la flore et la faune authentiques de l’Uruguay.

Pour les moins aventuriers, il est possible aussi de séjourner dans une « estancia », vaste exploitation agricole, semblable à un ranch, idéale lorsqu’on est en famille, pour profiter des traditions créoles de la campagne uruguayenne. Outre la possibilité de pratiquer des activités rurales, vous pourrez goûter aux plats typiques uruguayens et faire de nombreuses randonnées.

 

  • Les vestiges coloniaux

 

Le petit village historique de Colonia del Sacramento en est l’exemple le plus parlant. Ce village plein de charme, inscrit au Patrimoine de l’Humanité par l’Unesco, est un bijou de l’époque coloniale à ne pas manquer.

Colonia, Calle de los Suspiros, Uruguay.jpg
Colonia, Calle de los Suspiros, Uruguay

Empreint d’un romantisme certain, on succombe à ses rues authentiques qui longent les devantures de maisons portugaises du XVIIème siècle et plongent dans l’univers d’églises centenaires.

De par la beauté des pierres, de la  lumière et des couleurs, chaque photo prise dans le vieux Colonia est vouée à devenir une carte postale.

 

D’autres sites à ne pas manquer

 

Pour continuer la promenade, il existe une multitude d’autres lieux à visiter dans ce petit pays dont la découverte prend beaucoup plus de temps qu’on ne le pense :

  • Visiter le phare de José Ignacio par exemple, construit en 1877, qui du haut de ses 35 mètres offre une vue imprenable sur les mers agitées de l’Atlantique.
  • Découvrir le Musée-Atelier de Casapueblo, situé dans la station balnéaire de Punta Ballena, véritable sculpture habitable, créée par l’artiste uruguayen Carlos Páez Vilaró.

 

Canelones, Uruguay
Canelones, Uruguay

 

  • Déambuler dans les petits villages pittoresques de Punta del Diablo, Valizas, La Pedrera ou pour les amoureux des plages tranquilles, profiter de celles moins fréquentées et beaucoup plus naturelles qui s’étendent dans les départements de Colonia, San José et Canelones.

 

  • Admirer la sculpture immense, Monumento « Los Dedos », créée en 1982 par l’artiste chilien Mario Irarrázabal, sur la Playa Brava, l’un des sites les plus photographiés de Punta del Este.

 

Petit par sa superficie, l’Uruguay est pourtant un concentré de richesses, aussi bien naturelles que culturelles, qui séduit les voyageurs adeptes d’un tourisme attentif au respect de la nature, de l’histoire et de la culture.
La bonne humeur, la proximité, l’humilité et la sagesse des uruguayens, malgré les souffrances du passé, inspirent à leurs hôtes l’envie d’un séjour empli de calme et de simplicité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s